Classes et fonctions grammaticales au quotidien : Cycle 3 PDF

Nous prenons diverses observations et les évaluons et les interprétons pour leur attribuer un sens (une conclusion).


Comment résoudre la principale difficulté à laquelle se heurtent les élèves dans l’apprentissage de la grammaire : le caractère abstrait des notions ? Classes et fonctions grammaticales au quotidien organise leur construction progressive. La démarche proposée ici a fait ses preuves ; elle découle des propositions innovantes élaborées par Britt-Mari Barth. On propose aux enfants de confronter des exemples présentant la notion à acquérir à travers des caractéristiques représentatives (exemples-oui) à des exemples ne présentant pas cette notion (exemples-non ou contre-exemples). Les enfants sont placés en situation d’observation du « comment ça marche », une vraie dynamique de recherche intellectuelle commune. L’enseignant, débutant ou expérimenté, dispose de fiches facilement exploitables. Dans un travail collectif stimulant et attrayant, il rend chaque élève acteur, quel que soit son niveau et le rythme de son cheminement, pour conduire un raisonnement avec précision, émettre des hypothèses et savoir les tester, apprendre même à exploiter ses erreurs. Aucune étape ne constitue un barrage intellectuel et l’élève « en retard » pourra aussi bien rattraper les autres au dernier moment. Toutes les activités ont été longuement expérimentées en classe. Par un effort de mise en relation et de différenciation, en se détachant peu à peu du sens des énoncés, les élèves assimilent le fonctionnement de la langue.

Dans ce cas, un sous-vecteur du vecteur noms peut être utilisé de la même manière. Beaucoup de mots qui sont des prépositions peuvent aussi servir d’adverbes. Ou quand il pleut il va juste le prendre et, quand il pleut, l’eau coule, il le prendra et le laissera dans la rivière, là où l’eau entre.-}