De tempête et d’espoir – Saint Malo PDF

Entre tout cela et le fait que le temps n’était pas ce que nous avions espéré, nous voulions juste rentrer à la maison.


Je m’appelle Anne de Montfort.
En cet automne 1761, j’apprends que Jean, mon frère, ma seule famille, a disparu aux Indes. Est-il tombé dans la guerre sans merci opposant Louis XV au roi d’Angleterre, des Amériques à l’Asie ? Croupit-il dans les geôles de Madras ? A-t-il résolu de chercher fortune au service de quelque nabab ?
Je veux, je dois savoir. Comment ? À dix-huit ans à peine, orpheline, sans le sou, sans relations, dois-je me résigner et accepter ce destin tout tracé, le couvent ? Et s’il existait un autre choix, plus insensé, celui d’embarquer sur un navire, à n’importe quel prix ?
Mon cousin René-Auguste de Chateaubriand, armateur respecté parmi ces messieurs de Saint-Malo, mon ami d’enfance Corentin, matelot de la Compagnie des Indes, mère Saint-Yves, supérieure des Ursulines de Dinan, m’aideront-ils ou me feront-ils obstacle ?
Je n’ai pour moi que ma jeunesse, le prestige de mon nom, ma détermination, et cette devise d’Anne de Bretagne que j’ai faite mienne : non mudera, je ne changerai pas.

Marina Dédéyan est née à Saint-Malo. De tempête et d’espoir – Saint-Malo, son quatrième roman, évoque avec fougue et justesse la Bretagne des grands navigateurs et du commerce maritime, en ce siècle où tant les philosophes que les expéditions lointaines façonnèrent le monde moderne.

Étant donné que je n’avais aucun désir de me réveiller à 7h du matin pendant nos vacances, je suis allé avec 19h à la place. Mais le vent violent venant de l’ouest les battait si fort que les vaisseaux maladroits ne pouvaient faire aucun progrès. Après nous avons traversé les marais, et la ville occupée de Dol: passant la porte du collège sur lequel je retournerais bientôt, nous avons conduit plus profondément dans la campagne.-}