Hannah Arendt, crises de l’Etat-nation : Pensées alternatives PDF

Pourquoi ce dernier aurait plus de chances que le premier de réussir.


L’idée d’Etat-Nation est soutenue par le principe de souveraineté, populaire d’abord, nationale ensuite. Or, par une analyse très originale de la liberté politique, qui prend à contre-pied l’évidence d’une assimilation du pouvoir politique à l’exercice d’une souveraineté, Hannah Arendt démontre l’incompatibilité des principes de liberté et de souveraineté. L’extraordinaire portée de cette critique, qui prend naissance dans l’examen de l’Etat-nation mais en excède la seule dimension pour inviter à repenser le politique dans son concept, reste encore sous-estimée.

Dans un futur post, j’espère détailler les façons dont Hannah Arendt capte cette déflation métaphysique dans son propre travail, et essayer de préciser ce que cela signifie pour sa conception de la vérité. Ainsi, la liberté inhérente à l’action est à la fois une bénédiction et un malheur. En fait, je pense qu’il est trompeur d’identifier Arendt.-}