Les Années-collège : Le Grand malentendu PDF

Dans la mesure où les circonstances importent pour le bonheur, ce sont des circonstances locales impliquant le plus souvent des relations, et non géopolitiques.


 » Maillon faible du système « , lieu de toutes les violences, le collège est partout montré du doigt. Les réformes passent, le problème demeure. Et si tout reposait sur un grand malentendu ? Si on se trompait de symptômes, donc de remèdes ? Le problème n’est pas seulement de savoir si les programmes sont adaptés, la discipline suffisante, les classes hétérogènes. La question est ailleurs : durant les années-collège, les adolescents connaissent un big bang identitaire qui ne se gère ni par le déni, ni par la répression, ni par le gavage. Ce qui est alors enjeu, c’est la structuration de la personnalité au sein du groupe des copains et de la classe. Or l’institution ne voit en eux que des élèves, des apprentis du savoir. Construire un autre collège, qui soit un lieu de formation et d’échanges à part entière, c’est possible, explique Nicole Catheline, pédo-psychiatre, spécialiste de la scolarité, avec Véronique Bedin, éditrice. Cela suppose de prêter plus attention à la personnalité des ados, de suspendre un temps l’enseignement magistral au profit d’apprentissages en groupe. Parce qu’il tient compte des besoins liés au développement des adolescents, le travail en équipe permet de disperser les tensions et de maintenir en éveil l’écoute de chacun. L’enjeu est de taille : en fédérant le collège autour du rapport à autrui, c’est le lien social que l’on fortifie.

Les économistes ont fait beaucoup de dégâts en ne précisant pas. Tout au long de notre étude, nous avons développé une étroite amitié avec nos participants. Tous les trois étaient des visionnaires qui nous ont exhortés à se concentrer sur les émotions morales et leur utilité sociale.-}