Manuscrits, tome 1 : Les Îles d’Auvergne PDF

Ainsi, au début du 18ème siècle, il semblait juste que le gallois disparaisse bientôt comme le cornique.


Beaucoup d’autres poètes de la première partie de cette période ont écrit dans ces mètres, tels qu’Edward Dafydd o Fargam (fl 1640), Rowland Fychan, Morgan Llwyd o Wynedd et William Phylip (mort en 1669). La poésie dans les compteurs libres, cependant, était généralement très grossière, jusqu’à ce qu’elle reçût ​​une nouvelle dignité du plus grand poète de l’époque, Huw Morus o Bont y Meibion ​​(1622-1709). Les images vives des paysages locaux – les «ciels élevés», les «oiseaux qui pleurent sur les tourbières» – transmettent le désir ardent de Fergus et semblent chanter les beautés de la terre avec le personnage. Décrit dans Terrae incognitae, v. Xvi, 1984. La collection Henry Harrisse de Richard W. Stephenson, p. 40; le deuxième volume a le titre du classeur.-}