Représentation et décision experte. Psychologie cognitive de la décision chez les aiguilleurs du ciel PDF

Dans une de leurs expériences, les participants qui connaissaient le football (ou la politique) préféraient parier sur leurs croyances sur le résultat d’un match de football (ou d’une élection présidentielle) en pariant sur un événement avec une probabilité égale.


Pour l’heure, la représentation est la notion centrale de la psychologie des activités mentales. Tôt après le béhaviorisme, elle a été mise en avant dans les travaux menés sur l’activité mentale dans les tâches complexes, le contrôle de processus notamment. Très vite primordiale pour l’étude de la résolution de problème cette notion a été adoptée plus récemment dans les domaines du raisonnement et de la compréhension (et production) de textes, sous les noms de représentation de la situation ou de modèle mental. Cet ouvrage porte sur l’interaction entre représentation et processus de décision chez des experts. Il présente une synthèse de travaux menés en France sur la prise de décision dans la tâche des contrôleurs du trafic aérien, considérée comme prototypique des tâches d expertise. Ces travaux expérimentaux illustrent une présentation synthétique des principales propositions du cadre théorique de la représentation. Sont aussi fournis des exemples de réalisations pratiques en matière de formation des agents et d ergonomie de l’assistance par ordinateur. Cet ouvrage s adresse aux chercheurs, enseignants et étudiants en psychologie cognitive ainsi qu’aux praticiens formateurs ou ergonomes. Il intéressera aussi d’autres disciplines des sciences cognitives qui ont recours à des notions de représentation, dans des sens différents. Enfin les acteurs du système de la Navigation Aérienne, et au premier chef les contrôleurs, y découvriront (ou retrouveront) un regard venu d ailleurs sur la difficile expertise des aiguilleurs du ciel, trop souvent méconnue.

Il comprend également le pronostic, la prise de conscience de ce qui pourrait se passer ensuite. Jones; Soutenir la macrocognition dans les soins de santé: améliorer les rappels cliniques, Laura G. La recherche a suggéré que les investisseurs seront plus sensibles aux petites fluctuations négatives que de petites positives (qui est, l’aversion pour la perte), ce qui entraîne plus l’aversion au risque et les décisions d’investissement potentiellement (suboptimales Benartzi et Thaler 1995).-}